Trompe-l’oeil : les descriptions des tableaux

Collonges, porte d’entrée des Monts d’Or

Une fresque (mur peint en trompe-l’oeil) est en cours de création sur la commune, rue Saint Martin. Elle représentera Collonges, l’une des portes d’entrée des Monts d’Or. Ce projet a été mené en partenariat avec le Syndicat Mixte des Monts d’Or, qui finance cette œuvre à 80%. C’est l’entreprise Haut les Murs qui a été retenue pour la réalisation de par la qualité de son dossier technique et artistique. 

Une autre fresque murale, de style moderne, sera réalisée juste après, à Saint Romain. Elle sera localisée sous le pont de chemin de fer.

Une fresque en plusieurs tableaux

Entre perspectives sur les Monts d’Or, emblèmes patrimoniaux, petits détails et clins d’œil, nous vous invitons à découvrir tous les secrets de la fresque. Elle se compose de plusieurs tableaux, pour révéler les richesses naturelles, patrimoniales et culturelles des Monts d’Or et de Collonges.

Découvrez ci-dessous, dans les jours à venir, un zoom et une présentation de chaque tableau.

 

Le tableau 1

Ce premier tableau évoque le grand passé agricole de Collonges et notamment ses 108 ha de terres labourées et 142 ha de vignes en 1825 (soit plus de 40% du territoire) ! Le passant ou l’automobiliste tombe ici nez à nez avec un abricotier majestueux, suivis de poiriers, de cerisiers et de pommiers… typiques de Collonges ou des Monts d’Or. Citons par exemple : l’abricot le « Desfarge », obtenu par Lambert Desfarge (de Saint Cyr), et aussi le fameux « Bergeron ». Pour les cerisiers, le « Jaboulay ». Pour les poires, la « William » et la beurrée « Gaillard ». Ces variétés locales ont été créées dans les années 1850-1920 par des horticulteurs locaux avant d’être mondialement connues et reconnues.

 

 

Le passé ? Entrez à Collonges et dans les Monts d’Or car de nombreuses découvertes vous attendent aujourd’hui ! Le Syndicat Mixte des Monts d’Or mobilise tous les acteurs pour la pérennisation des activités agricoles. Maraîchages bio, activité viticole, chèvrerie, … L’agriculture des Monts d’Or, traditionnelle et respectueuse de l’environnement, est garante de la qualité et de la diversité de nos paysages. Découvrez vite les légumes, fruits, confitures, fromages et produits laitiers, vins, bières, jus de fruits et de plantes, viandes, charcuteries, œufs, farines et pains… produits des Monts d’Or !

 

Le tableau 2

Ce deuxième tableau pousse la porte des Monts d’Or. A l’horizon, le Mont Cindre et sa tour hertzienne très reconnaissable. Autres points de repère, peints avec délicatesse : l’église du Vieux Collonges qui se détache dans le paysage, entourée de la Maison Bonnamour et du Château du Tourvéon.

 

Les vignes, autrefois abondantes sur les flancs des Monts d’Or, sont ici reconstituées… Saviez-vous que le Gamay, raisin noir collecté dans le benot au premier plan, donne un jus blanc qui pourtant fera du vin rouge ou rosé ? Le Chardonnay lui était utilisé pour les vins blancs.  Ces cépages ont été installés suite à la destruction du vignoble par le Phylloxera au 19è siècle. Quelques vestiges de plants américains importés à cette époque (Hybride direct 7053 Seibel ou Chancellor) subsistent. Les vieux cépages francs Clinton et Noah ont aujourd’hui disparus. 

 

Une caborne permet de rappeler l’important travail du Syndicat Mixte des Monts d’Or, les communes et leurs partenaires, mené depuis plus de 20 ans, pour la restauration et la préservation des richesses du patrimoine local. Au cours des siècles passés, bergers, cultivateurs ou vignerons ont patiemment épierré les champs afin de les cultiver. Avec les pierres remontées par le soc de la charrue, ou bien extraites des nombreuses carrières, les hommes ont bâti chemins, enclos et murs de soutènement. Ces constructions ont marqué le paysage en formant un réseau de pierres sèches. Les anciens possédaient un savoir-faire qui leur permettait de « monter » les murs des cabornes et d’obtenir des toits résistants et imperméables. On s’y abritait des intempéries, on venait manger ou se reposer, soigner les bêtes, entreposer les outils. On s’y installait pour quelques nuits ou pour une saison et quelque fois pour y vivre.

 

Mais ce peintre, ne serait-ce pas Monsieur Louis Hilaire Carrand ? Ou alors un joueur de Boule Lyonnaise, sport incontournable des Monts d’Or, qui vient de déposer sa paire à côté du benot pour saisir un rayon de soleil sur les pierres dorés de la caborne ?

 

Avant / Après

 

Mars 2017

Mercredi 5 avril 2017

  

Mercredi 12 avril 2017

Vendredi 21 avril 2017

 

A suivre…