Collonges au Mont d'Or
  • Culture, Votre commune
  • 30 avril 2024

Pour cette 13e édition, 17 peintres et 1 sculptrice vous présenteront leurs œuvres les 25 et 26 mai.
Voilà un petit aperçu de leur talent…

Un week-end pour les amoureux de l’art

Nous vous donnons rendez-vous les samedi 25 et dimanche 26 mai pour découvrir les œuvres des 18 artistes sélectionnés. Vous pourrez voter pour votre coup de cœur en déposant votre bulletin dans l’urne disponible.

Samedi 25 mai

  • De 14 h à 21 h : Ouverture de l’exposition et rencontre avec les artistes.
  • A 18 h 30 : Vernissage. C’est l’occasion de découvrir les œuvres et de partager un moment privilégié avec les artistes.

Dimanche 26 mai

  • De 10 h à 18 h : Dernier jour pour profiter des oeuvres exposées.
  • A 17 h : Prix public et remise des prix. Votez pour votre Coup de cœur en déposant votre bulletin dans l’urne disponible.

Les artistes de cette année

Anne Sottil

Architecte paysagiste de métier, Anne a su se diversifier dans l’illustration, la maîtrise d’œuvre opérationnelle et l’enseignement. Sa pratique artistique s’inscrit ainsi à la croisée des chemins entre architecture, scénographie et paysagisme.

Pour Anne, « Cette transversalité et ma curiosité au monde ont toujours, nourri ma peinture ».

Le paysage est le fil conducteur de ses peintures. Elle puise son inspiration dans les éléments de la nature tels que les arbres, la friche, le sol et l’eau. Tous témoignent de l’évolution des milieux et de notre environnement.

Quant à sa pratique, cette artiste privilégie le collage, l’aquarelle et l’empreinte par frottage sur papier et carton. « Autant de médiums pour parler de notre monde ».

Artouche Mkrtchian et les élèves des Ateliers de Collonges

Pour cet artiste : « L’art véritable est un langage qui permet d’exprimer l’âme humaine sans avoir besoin de l’interpréter… »

L’amour et la vie sont pour Artouche une source d’inspiration. La peinture offre des possibilités infinies : synthèse des couleurs et des formes. Grâce à elle, il tente de partager ses idées et ses sentiments.

Brigitte Frank

Collectionneuse, puis artiste autodidacte qui s’est ensuite formée en Atelier de peinture, Brigitte Frank est aujourd’hui peintre professionnelle.

Cette artiste puise son inspiration dans la sculpture et la nature. « Je peins la sculpture comme si je modelais la toile ».

La peinture acrylique vient donner son expression, ses tonalités à ses figures : tantôt des Venus, des mères à l’enfant, des couples, des portraits….

« Quant à la nature, elle m’inspire des paysages très doux, voire floutées, dans les mêmes gammes de tons que les sculptures peintes auxquelles elles font écho, créant ces fonds qui invitent au rêve ».

Chantal Bonhomme

Chantal Bonhomme aime les musées et être surprise par les formes, les attitudes, les couleurs, les scènes cachées ou suggérées, les espaces distincts du tableau où le rêve  côtoie la présence des corps. 

« La technique picturale que l’on cherche sans cesse à améliorer pour mieux l’oublier, me permet d’aimer ces femmes, ces corps, dans un instant où tout peut basculer, où nous doutons ,où nous savons aussi nous émerveiller… »

Chantal Parise

La peinture de l’artiste Chantal Parise peut se résumer ainsi : de la couleur, du mouvement, de la matière, une grande charge émotionnelle et une volonté d’aller à l’essentiel. Abstraire, épurer afin de faire apparaitre l’âme d’un paysage, d’un champ coloré ou d’un rivage Corse.

Chantal Parise a gardé un goût pour le mouvement, le voyage, l’itinérance, la découverte et surtout la couleur. Une couleur magnifique, riche et vivante, déposée avec vivacité en larges aplats ou en petites touches délicates pour souligner la ligne d’un paysage.

C’est une peinture de la vie, joyeuse et mouvementée, qui mélange avec subtilité peinture et dessins. 

Christophe Tresmontant

Quelques mots concernant sa peinture du moment : L’exploration des Figures de l’Anima.

« Quelle est le lien entre Lisbeth Salander (Millenium), Béatrix (La Divine Comédie), Catherine Trammel (Basic Instinct), Hermine (Le Loup des Steppes), Nana (Nana), Dalila (La Bible), Esmeralda, Carmen… ?

Ce sont des femmes fatales, des femmes de pierre, des muses, des forces élémentaires, des idoles païennes,  avec lesquelles le mortel entretient  des rapports à la fois licencieux et complices, de vénération mais aussi d’apprentissage et d’exploration de son propre destin ».

Au-delà du roman (de la vie), ces Vénus sont également une composante essentielle de l’esprit humain masculin : l’Anima. Ce sont les différentes facettes de cette Anima que l’artiste explore à travers ses portraits.

Claude Grégoire

« La peinture fait partie de ma vie… Je dessine depuis mon enfance. »

Ecole ABC de dessin de Paris et cours du soir de l’Ecole des Beaux Arts simultanément avec une formation graphiste illustrateur en agences de communication. Publicitaire, Claude Grégoire travaille en parallèle le dessin et la peinture et participe à de nombreux salons et expositions régionaux. 

Dessin, peinture, huile et acrylique… Des moments intenses, pleins d’émotions et de rencontres. La femme est essentielle à sa peinture et les images oniriques lui ont donné rapidement l’enthousiasme et l’envie de développer ce thème.

« Je trouve dans MES IMAGINAIRES cette liberté de création, l’irréel et la poésie qui font de ce monde magique un univers infini de rêves intimes ».

Elisabeth Constantin

Passionnée d’art depuis l’enfance, diplômée en Art appliqué et Art et Impression sur Lyon. Elisabeth Constantin s’investit dans la création depuis plus de 26 ans, en Allemagne et à Lyon, exposant dans des salons et galeries (Siac, Art3f…).

Son style évolue autour de l’innovation, en 2017, elle change de support pour du verre synthétique en multiplan 3D.

« Mes tableaux, déposés à l’INPI, s’articulent avec des couches transparentes, créant un pont entre le visible et l’invisible, le figuratif et l’abstrait. Ma fascination pour la lumière par réfraction se traduit en une structure en volume 3D. »

Félix Boulay

Artiste peintre cotée Akoun, Félix Boulay peint régulièrement depuis vingt quatre ans. Il a découvert les secrets et les techniques de la peinture au travers de stages avec des peintres professionnels.

Félix Boulay travaille essentiellement à l’huile sur toile de lin avec pinceaux et couteaux. Cet artiste affectionne particulièrement les couleurs chaudes et intenses qui donnent à ses paysages urbains une intensité lumineuse originale.

Il dit souvent « Plus on peint et plus on devient peintre. Aujourd’hui je suis heureux de passer des natures mortes au figuratif ou à l’abstrait ».

Jacqueline Ouillet

La peinture est pour Jacqueline Ouillet un mode d’expression naturel et vital. Pour transcrire sa vision des grandes villes contemporaines qui l’interrogent et la fascinent, Jacqueline opte pour une technique mixte qui marie l’aquarelle, la gouache, l’acrylique et la feuille d’or.

« La peinture est pour moi un mode d’expression naturel et vital. Pour transcrire ma vision des grandes villes contemporaines qui m’interrogent et me fascinent j’opte pour une technique mixte qui marie l’aquarelle, la gouache, l’acrylique et la feuille d’or.

Aboutir à une œuvre épurée, poétique et raffinée, ancrée dans le réel mais libérant la part de rêve que chacun porte en soi, vivre avec elle un moment privilégié, toucher, émouvoir : telle est aujourd’hui ma quête. »

Jean-Paul Bard

Jean-Paul Bard pratique la peinture à l’huile et la peinture acrylique depuis des années…ainsi que la peinture au couteau.

Cet artiste travaille beaucoup le sujet de la femme et pour s’en éloigner afin d’y revenir avec plus de force Jean-Paul Bard joue avec la douceur des couleurs des villages et paysages qui l’entourent.

« Dans ma peinture, plus un état d’âme qu’une technique ou un style, j’ai envie de partager mon ressenti à fleur de peau, la douceur et la tendresse qui sont au fond de moi.

Je suis touché profondément par la communion des sentiments.

Un geste, une posture, une attitude, un sourire ingénu, des yeux, un nez, une bouche, … me font vibrer.

La justesse du trait est un défi, le relever est un plaisir.

Les impressionnistes d’hier, Manet, Monet, Degas, Morisot,… me guident aujourd’hui, sur les voies d’un plaisir sans limite ».

Laurence Gancel

Née à Lyon dans une famille d’artistes, Laurence Gancel vit et travaille entre Lyon, la Provence et le pays du Mont-Blanc.

Après un parcours professionnel atypique, elle a pu se consacrer pleinement à sa passion : la peinture. Après de nombreuses expositions, Laurence décide d’ouvrir son atelier-galerie au 4 Rue Sala, en plein cœur de la presqu’île.

« Je suis profondément inspirée par les éléments : le ciel, la terre, la mer, l’air, les montagnes étant très sensible à ces paysages envoutants, capricieux et sans cesse renouvelés ».

Faire surgir sur la toile l’émotion que lui procure la beauté d’un paysage, d’un instant est sa démarche artistique.

Sa peinture est intuitive, libre, figurative. Son médium de prédilection est l’huile, car « j’aime sa sensualité, son onctuosité, l’essentiel de ma démarche étant la lumière ».

Un travail au service de la lumière, du ressenti et des forces de la nature.

Lila Bettin

L’imaginaire colore lentement ses toiles.

« Ambiances intimistes, nature voluptueuse, paysages brumeux, enfumés où s’entrelacent l’ombre la lumière les fondus aux couleurs douces s’animent lentement pour que Toi, Vous, puissiez vivre les émotions qui ont guidé ma pensée et ma main ».

Ce besoin impérieux d’être en alchimie entre la toile et son âme parce « L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. » Picasso

Michel Perrier

Michel Perrier développe très tôt un goût prononcé pour le dessin ; son imagination est nourrie par les rencontres, des voyages dans plusieurs parties du monde et la découverte d’autres cultures.

Au fil du temps, il a testé plusieurs techniques de peinture pour les utiliser de manière optimale avant d’en faire une libre interprétation. Il utilise ainsi divers médiums et mélange l’huile, l’encre, l’aquarelle ou l’acrylique à sa manière, pour donner vie et mouvement à la toile.

Passionné de musique et de cinéma, ses créations font référence à diverses influences artistiques comme le néo-impressionnisme ou le pointillisme, utilisant un chromatisme aux couleurs chaleureuses. Le monde automobile est aussi une grande source d’inspiration.

Raymond Daru-Herdé

Aquarelliste depuis 1991, Raymond Daru-Herdé aime, lorsqu’il fait une exposition, s’imposer un sujet qui le motive ; et en particulier des paysages qu’il photographie et qu’il travaille ensuite en atelier.

« Je fais uniquement des aquarelles qui sont inspirées, soit par des paysages divers que je photographies et que je réalise en atelier et des natures mortes: objets et fleurs que je peins à la maison ou avec mes collègues d’ALIZARINE ».

Rémy Sirope

Rémy Sirope capture l’essence dynamique des paysages urbains tout en y insufflant une aura de mystère et de rêverie.

Il joue avec les frontières du réalisme, créant une atmosphère qui oscille entre le tangible et l’incertain. Les contours délibérément flous des éléments périphériques suggèrent une vie urbaine agitée mais poétique évoquant des souvenirs vagues et des moments éphémères. Les reflets lumineux et les phares des voitures semblent danser, contribuant à une atmosphère envoûtante.

Rémy Sirope est représenté par la galerie Carré d’Artistes, son travail fait partie de la collection des Lions Clubs de France.

Richard Harland

Cet artiste n’a jamais cessé de dessiner depuis son enfance et pendant sa vie d’architecte. Depuis 7 ans, il a développé la peinture acrylique et à l’huile.

« Mes tableaux répondent à mes envies, paysages de montagne, vues de grandes métropoles et plus spécifiquement des portraits de maisons californiennes des années 60, se composant merveilleusement aux paysages, agrémentées de mobilier iconique, de voitures mythiques et où les personnages (vintages) semblent jouer un rôle imaginaire, interpellant le spectateur, faisant modestement référence à Edward Hopper ou David Hockney ».

Depuis 2020, Richard Harland est membre de l’Académie Lyonnaise de Peinture, et il expose en Rhône Alpes et dans le Luberon.

Valérie Proust

« Regarder avec attention les éléments de la nature, plus particulièrement les pierres et morceaux de bois me permet d’y discerner l’image humaine qui s’y cache. Puis de la révéler. Les outils utilisés sont simples : de la peinture acrylique, de la colle, du vernis. C’est l’expression artistique du lien inextricable entre la nature et l’humain ».

Retour à la liste des actualités