La culture du muguet à Collonges

Muguet-de-Collonges-un-brun

Le muguet du premier mai : la fleur symbole du bonheur

Le muguet est originaire du Japon. Cette plante est connue et acclimatée en France depuis le Moyen Age. Le muguet a longtemps été le symbole du renouveau et du printemps. Il était donc logique qu’il devienne symbole de bonheur et porte-bonheur lui-même. Le 1er mai 1561, Charles IX instaura la tradition d’offrir du muguet ce jour, en guise de porte-bonheur.
Ce n’est que vers 1907, puis en 1936, que le muguet est associé à la fête du travail et c’est le 1er mai 1936 que l’on trouve les premières ventes de muguet sur la voie publique.

La culture du Muguet à Collonges

Des particuliers se sont alors lancés avec opportunisme dans la culture de cette fleur car ils avaient découvert que la situation géographique et climatologique de Collonges permettait en principe l’arrivée de ces fameux brins vers fin avril. Mais toutes les années n’étaient pas productives, car, avant les années 60, les films plastiques, pouvant faire office de mini-serres pour régler la floraison de quelques clochettes, n’existaient pas encore.

A cette époque, Vienne et Collonges, judicieusement localisées dans la région, sont alors vite devenues des références pour le muguet. Les surfaces cultivées progressaient d’année en année. Jusqu’en 1960, la culture se pratiquait presque exclusivement dans des grandes propriétés entourées de grands murs et appelées « clos ».

Les planches de culture étaient ainsi diversement exposées à l’ensoleillement ou à l’ombre des grands murs favorisant alors une arrivée quasi certaine de nombreux brins fleuris à la bonne date. Le « clos Antoinette » était alors une plaque tournante pour les fleuristes niçois qui y établissaient leur quartier général dès le 20 avril.

Les dizaines de milliers de brins, cueillis par les différents producteurs de la commune, et triés par bottes de cinquante avec leurs clochettes à peine ouvertes, étaient achetés par les fleuristes puis soigneusement  emballés et expédiés par avion depuis l’aéroport de Lyon-Bron, à l’époque.

Plus tard, les « clos » se sont vendus mais certains agriculteurs ont pris le relais durant quelques décades. Les plantations ont alors été transférées en plein champ et des moyens plus modernes furent utilisés pour maîtriser la floraison du muguet.

Actuellement, il ne reste plus qu’un seul producteur et la rue des Muguets comme souvenir.

Photographies du Muguet de Collonges au Mont d’Or – Droits réservés : D. Boyer